La Révolution Française et les femmes

Mettez une note:
BofMoyenBienTrès bienMagnifique (25 votes, moyenne: 3,64 sur 5)
Loading...Loading...

« La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune. »
~ Olympe de Gouges

C’est pendant la révolution française qu’a été la déclaration universelle des droits de l’homme, mais est ce que cette même révolution à pensé aux droits de la femme ? Quel rôle ont-elles eu pendant cette période de l’histoire ? Qui étaient Manon Roland, Théroigne de Méricourt, Madame Sans-gêne, Charlotte Corday ou alors Catherine Théot ? Pourquoi étaient-elles craintes par les hommes ? Réponses dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

découvrez également le livre de Jean-Clément Martin: La révolte brisée:Femmes dans la Révolution française et l’Empire

La Marche des femmes sur Versailles

Partagez l'Histoire !

    Jean-Clément Martin

    Historien spécialiste de la Révolution française, de la Contre-révolution et de la guerre de Vendée.

    Les derniers articles par Jean-Clément Martin (tout voir)

    Tags: ,

    Une réponse to “La Révolution Française et les femmes”

    1. Bonjour,
      Permettez quelques mots sur la révolution Française et les Femmes. Merci.
      La Révolution française fut l’œuvre des revendications féminines.
      C’est dans les salons philosophiques que commença, le mouvement, qui ne fut, en somme, que l’écho des idées émises par les Femmes. Elles jettent le grand cri de liberté, voulant la libération de leur sexe, asservi depuis le Christianisme ; les hommes répètent leurs mots, leurs phrases, leurs formules, sans en comprendre le sens profond ; elles réclament leurs droits, les hommes alors les réclament aussi, et, chose étrange, dans cette société où l’homme est tout et la Femme rien, nous voyons des révolutionnaires, appliquant à leur sexe les aspirations féminines, demander « les Droits de l’homme », parce qu’ils ont entendu dans les salons des dames demander les droits de la Femme !
      Les hommes demandent leurs droits alors qu’ils les ont tous, alors que, pendant tout le Moyen Age et même la Renaissance, ils ont vécu en despotes, dépassant de beaucoup leurs « droits ».
      Les Femmes initiatrices de l’idée furent : la princesse d’Hénin, la maréchale de Luxembourg, Mme de Bouillon, Mme Geoffrin, Mme Helvetius, la marquise de Condorcet, Mme Necker, Mme Roland, Mme Tallien, Mme Simon, Mme Candeilh, Mme de Tencin, Mme d’Houdetot, Mme d’Épinay, Mme du Châtelet, Melle de Lespinasse, Théroigne de Méricourt, et tant d’autres qui furent les amies des philosophes, véritables hétaïres modernes, qui continuèrent l’œuvre des « sorcières » et jetèrent dans le cerveau des hommes toutes les idées qui firent éclore la Révolution.
      Les unes étaient érudites et lisaient le grec à livre ouvert, d’autres furent des savantes qui élargissaient le champ des connaissances humaines, il y eut des philosophes, et des psychologues, des physiciennes et des naturalistes, toutes étaient charmantes et, par le charme de leur conversation, stimulaient l’esprit masculin.
      À suivre…
      Je me permets de vous transmettre l’adresse de l’article de mon blog consacré à la révolution française.
      Peut-être prendrez-vous un peu de votre précieux temps pour y consacrer quelques secondes.
      Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/la-revolution-francaise-cest-la.html
      Cordialement.

    Laisser une réponse