Philippe le bel

Mettez une note:
BofMoyenBienTrès bienMagnifique (35 votes, moyenne: 4,34 sur 5)
Loading...Loading...

« Ce n’est ni un homme ni une bete, c’est une statue. »
~ Bernard Saisset

L’histoire d’un des rois les moins populaires de l’histoire France : Philipe Le Bel. Ses relations avec le pape, avec les Templiers, les impôts, les guerres,… tous les ingrédients sont réunis. Ce fut un des derniers rois capétiens et quelques années après sa mort débuta la fameuse guerre de 100 ans.

Tous les documents sur Phillipe Le Bel en cliquant ici.

Phillipe le Bel

Partagez l'Histoire !

    Sylvie Le Clech

    Historienne spécialiste du Moyen Age.

    Les derniers articles par Sylvie Le Clech (tout voir)

    Tags: , , ,

    Une réponse to “Philippe le bel”

    1. Jean Grimal dit :

      C’est justement le roi le plus populaire du Moyen Age.
      Mais pas auprès de ceux qui écrivaient, peut-être, lesquels étaient issus de la classe dominante, la noblesse.
      Je me souviens de mémoire d’une phrase de Jean Favier le disant doux avec les humbles et dur avec les puissants.
      Il a inventé les Etats Généraux. Il était, de son temps, considéré comme « le plus puissant monarque d’Occident », il a vaincu l’obscurantisme papal que son arrière-arrière grand père, l’autre grand, Philippe Auguste n’avait pu que toiser. Ce faisant, il a fait ce que ni Frédéric Barberousse, ni son petit-fils Frédéric II, pourtant lui aussi, âme éclairée, n’avait pu réaliser.
      Il est une figure importante d’un Etat centralisé qui permettra des progrès indéniables, à lire à l’aune du temps et non du nôtre.
      Enfin, ce qui est dégueulasse, je pèse mes mots est de citer Bernard Saisset sans dire que ce religieux prévaricateur (mais, en est-il
      d’autres ?) était l’un de ses adversaires les plus farouches.

      Je suis d’ailleurs étonné qu’on ne nous fasse pas le coup des pauvres Templiers, abrutis de superstitions et objectivement nuisibles au moins depuis Hattin. Je rappelle donc, là aussi de mémoire la phrase de Jean Favier : Philippe ne peut être un disciple de Machiavel, mais de Thomas d’Aquin.

    Laisser une réponse