Le sexe et l’Islam

Mettez une note:
BofMoyenBienTrès bienMagnifique (45 votes, moyenne: 3,64 sur 5)
Loading...Loading...

« Vos femmes sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voudrez. »
[Le Coran, Sourate II, verset 223]

Comment la sexualité et islam ont évolué au fil des siècles ? Qu’est ce qu’à changé ? Quelles sont les grandes œuvres de la littérature islamique érotique ? Réponse dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Les contes de Nasruddin

Malek Chebel

Anthropologue des religions et philosophe

Les derniers articles par Malek Chebel (tout voir)

Tags: ,

2 réponses to “Le sexe et l’Islam”

  1. Elia dit :

    L’épisode de la femme de Putiphar que l’on n’imagine pas dans la Bible?? Et bien si, cet épisode est justement tiré de la Bible, et représenté sur plusieurs de nos églises françaises. Déçue d’entendre ce genre d’erreurs de la part de spécialistes.

    • mansoor dit :

      Tout à fait exact ! Excellente remarque !
      Genèse 39 : « On fit descendre Joseph en Égypte ; et Potiphar, officier de Pharaon, chef des gardes, Égyptien, l’acheta des Ismaélites qui l’y avaient fait descendre.
      L’Éternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna ; il habitait dans la maison de son maître, l’Égyptien.
      Son maître vit que l’Éternel était avec lui, et que l’Éternel faisait prospérer entre ses mains tout ce qu’il entreprenait.
      Joseph trouva grâce aux yeux de son maître, qui l’employa à son service, l’établit sur sa maison, et lui confia tout ce qu’il possédait.
      Dès que Potiphar l’eut établi sur sa maison et sur tout ce qu’il possédait, l’Éternel bénit la maison de l’Égyptien, à cause de Joseph ; et la bénédiction de l’Éternel fut sur tout ce qui lui appartenait, soit à la maison, soit aux champs.
      Il abandonna aux mains de Joseph tout ce qui lui appartenait, et il n’avait avec lui d’autre soin que celui de prendre sa nourriture. Or, Joseph était beau de taille et beau de figure.
      Après ces choses, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph, et dit : Couche avec moi !
      Il refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître ne prend avec moi connaissance de rien dans la maison, et il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient.
      Il n’est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m’a rien interdit, excepté toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ?
      Quoiqu’elle parlât tous les jours à Joseph, il refusa de coucher auprès d’elle, d’être avec elle.
      Un jour qu’il était entré dans la maison pour faire son ouvrage, et qu’il n’y avait là aucun des gens de la maison,
      elle le saisit par son vêtement, en disant : Couche avec moi ! Il lui laissa son vêtement dans la main, et s’enfuit au dehors.
      Lorsqu’elle vit qu’il lui avait laissé son vêtement dans la main, et qu’il s’était enfui dehors,
      elle appela les gens de sa maison, et leur dit : Voyez, il nous a amené un Hébreu pour se jouer de nous. Cet homme est venu vers moi pour coucher avec moi ; mais j’ai crié à haute voix.
      Et quand il a entendu que j’élevais la voix et que je criais, il a laissé son vêtement à côté de moi et s’est enfui dehors.
      Et elle posa le vêtement de Joseph à côté d’elle, jusqu’à ce que son maître rentrât à la maison.
      Alors elle lui parla ainsi : L’esclave hébreu que tu nous as amené est venu vers moi pour se jouer de moi.
      Et comme j’ai élevé la voix et que j’ai crié, il a laissé son vêtement à côté de moi et s’est enfui dehors.
      Après avoir entendu les paroles de sa femme, qui lui disait : Voilà ce que m’a fait ton esclave ! le maître de Joseph fut enflammé de colère… »

Laisser une réponse à Elia